Supakitch

 

Supakitch

 

Né en 1978 à Bagnolet. Vit et travaille à Paris, Biarritz, Los Angeles et New York.

 

Elevé aux mangas et à la culture hip-hop, passionné par la board culture avec le dessin comme moyen d’expression de prédilection depuis l’enfance, SupaKitch trouve dans la rue une richesse de supports lui permettant de s’épanouir dans son travail. Ses premiers graffitis remontent à 1990. Autour de 1994, le graffiti prend une vrai place dans sa vie, sous le pseudonyme « Ride ».
N’aillant pas réellement conscience de pouvoir gagner sa vie avec son art, il devient Directeur Artistique à 21 ans pour plusieurs agences de publicités en 1999.
C’est à ce moment là qu’il rencontre sa future femme Koralie, étudiante en architecture et street-artist. Elle l’emmènera à sa première exposition au début des années 2000 où le nom de SupaKitch est né. Tous deux sensibles à la mode, ils fondent le label Metroplastique, avec lequel ils ont remporté le prix du jeune entrepreneur de mode en 2005.
En parallèle, il découvre grâce au site ekosystem.org qu’il n’est pas le seul à avoir une vision plus ouverte du graffiti où l’on ose mélanger les techniques (bombe, pinceaux et acrylique, collages, sérigraphie…) dans la rue. C’est l’émergence d’un mouvement que l’on commence à appeler Street Art et dont le simple nom fait débat au sein de ses acteurs. Les premières collaborations avec des marques comme Sixpack voient le jour. En 2006, Carhartt organise « Le Tour d’Amour » et invite Brendan Monroe, Wayne Horse, Koralie et SupaKitch à réaliser des fresques murales dans les shops de la marque à Dusseldorf, Copenhague, Paris, San Sebastian et Lisbonne. Depuis, les collaborations avec des marques prestigieuses se sont multipliées. En 2014, La dernière en date, Converse invite Alëxone et SupaKitch à recouvrir l’extérieur et l’intérieur d’un bâtiment en 10 jours et en plein Paris.
En 2007 SupaKitch fait son premier solo show sur un concept original qu’il nomma « Ubiquity » puisqu’il exposera dans deux galeries différentes (Paris et Miami, durant Art Basel), à 7000km l’une de l’autre et au même moment. La galerie de Paris affichera Sold out avant le fin de l’expo. C’est à ce moment là que Mr Lee découvrira lors d’un déplacement à Paris le travail de SupaKitch. Il est le directeur de la Galerie Elegance à Taipei, Taiwan, où ont été exposé Picasso, George Mathieu, Keith Haring, Combas… depuis ces 25 dernières années. Cette galerie deviendra au fil des années la plus importante en terme de collection dans le travail de SupaKitch.

 

De 2008 à 2012, il emménage à Brooklyn, New York. Cette ville révélera l’artiste et fera grandir sa peinture. A l’instar d’un poisson que l’on placerai dans un plus grand océan. C’est une période très riche en voyage, expositions ( « Based On A True Story » chez Muriel Guépin Gallery – NY, «Clé de Soul» chez Galerie LJ – Paris, « I Was Born To Be Different » chez Galerie Elegance – Taipei…) mais aussi en fresques murales avec Koralie à Las Vegas et Mexico, et la plus importante au Musée des cultures du monde de Goteborg où Damien Elroy Vignaux documente le process créatif de la fresque à travers une vidéo qui deviendra virale en dépassant les 1 millions de vues.
En 2011, Caroline Karénine offre une machine à tatouer à SupaKitch et lui transmet son savoir lors d’un voyage à NY. Puis la rencontre avec JeyKill et Veenom du Bleu Noir Tattoo Art Shop à Paris lui permettra de développer son art sur la peau des gens. Comme New York a rendu sa peinture plus riche, le tatouage à permis à SupaKitch d’améliorer son dessin et repousser les limites de son univers.
En 2012, SupaKitch parle d’une idée d’œuvre globale à Elroy. Une série de mini-épisode mettant en scène des séances de tattoos sur la même femme dans des lieux hors normes. Un projet à long terme riche en voyages et différents médiums comme le dessin, la vidéo, la musique, la photo et le tatouage évidemment. Deux épisodes ont déjà vus le jour sous le nom d’Endorphin. Le premier à NY et le second à Los Angeles. Deux villes où SupaKitch se rend régulièrement pour tatouer.
En 2014, c’est chez Kolly Gallery et à travers l’exposition  « Wall Ride » que SupaKitch souhaite se ré-inventer. Titre qui évoque ses débuts de graffeurs en reprenant son premier pseudonyme et sa passion pour le surf, skate et board culture qui font partis de son quotidien depuis l’enfance. Cette 5eme exposition personnelle vous invite à laisser vos yeux se perdent dans ses océans de fleurs, ses murs de colorés et ses marrées montantes de couleurs au son lyrique de ses calligraphies mélodiques.