Franck Pellegrino

C’est sans modifier son nom – entorse aux dogmes de rue – que Franck Pellegrino traduit en noir et blanc un panel d’influences entre héritage du graffiti et visions de vie. Originaire du Sud de la France, Cannes sera sa dernière étape avant un Paris fraîchement intégré. C’est pendant ses années sudistes qu’il définit les grandes lignes d’un langage formel érigeant des ponts sensibles entres typographie etornements. Skate, graffiti, illustration et graphisme seront dès ses 14 ans les bases de cet autodidacte qui développe une écriture proche parfois de l’enluminure.
L’usage quotidien d’un noir et blanc épuré, pour créer des images contrastées, où la force serait nichée entre les pleins et les déliés, laisse petit à petit place à la découverte d’un langage polychromique fait de nuances sobres.

 

Franck nous transporte au fil de ses aventures à travers des formes primaires au détails fournis, révélant par les ornements certaines parties de ses compositions. Il développe un univers vernaculaire où le motif se fait essentiel, structurant ainsi ses visuels par une géométrie subtile.
Ses compositions souvent retenues dans des cadres rappelant ainsi les billets de banques, les timbres anciens ou les autocollants de grands hôtels de la belle époque, souligne sa filiation moderne à la tradition des imprimeurs du 19ème siècle.
De ce fait cet artiste nous fait voyager entre ciel et terre grâce à une réelle curiosité du monde qui l’environne.

 

Toujours à la recherche de nouveaux supports pour s’exprimer, c’est logiquement que Franck Pellegrino fera le pont entre les murs et les feuilles pour raconter ses histoires sur l’épiderme.
C’est ainsi qu’en 2012 il rejoint le salon de tatouage Bleu Noir (les Abbesses) où il y tatoue d’un trait fin et détaillé des fragments de vies, des souvenirs de voyages ou se mêlent animaux exotiques et paysages lointains bordés de typographies emblématiques de son style graphique.